- Les écrits de docteur Ès -


LES DERNIÈRES RECOMMANDATIONS :

Vendredi 10 juin 2005. Chez nous

Mon cher Ramsès,

Quand tu rentreras avant moi à la maison, n'oublie pas d'arroser les plantes. Il y a de la nourriture dans le congélateur. Il te faudra remettre le frigo en marche. Je ne pense pas qu'il sera utile de baisser le store du salon, il est un peu grippé, je crains qu'il reste coincé à mi-chemin. Ferme en permanence la porte de la cuisine, car le chat des voisins risque d'entrer. Je l'ai surpris à plusieurs reprises en train de tourner autour de plats que je n'avais pas eu le temps de nettoyer. Et puis, tu le sais, les chats transmettent toutes sortes de maladies. Concernant les moustiques, je les crois porteurs du virus du Nil continental dont je suis moi-même atteint. S'il te plaît, soit prudent. Ne te laisse pas aller à ton tempérament quelquefois trop triste qui t'empêche alors de surveiller la maison avec la vigilance requise. Et, par ailleurs, toute cette tristesse ne te vaut rien de bon. Je suis quant à moi très las. J'ai souffert de maux de tête effroyables dont je me suis bien gardé de te parler, afin de ne pas augmenter encore tes inquiétudes. Mon médecin me conseille de renoncer à ce voyage en Égypte, mais le devoir m’y appelle, et je ne compte nullement décevoir mes collègues là-bas. Après tout, il faut supporter toutes les petites misères qui sont le lot des gens de mon âge. Quant à toi, je te prie de renoncer à ton intention soudaine de voyager à Saint-Pétersbourg. Que comptes-tu aller chercher là-bas, sinon d'autres causes de déception ? Il me semble, mon cher Ramsès, que nous avons fait le tour de toutes ces questions qui fâchent. Prends soin de toi à Alger. Remets mes cordiales salutations à tes amis. Je te souhaite un très heureux anniversaire. Que le jour de tes 20 ans reste gravé dans ta mémoire d'homme comme celui de ton passage à cette partie de ton histoire où il te faudra désormais décider seul. Ton père qui t’aime.